samedi 24 février 2018

Le mystère de la carnation de Jane Dark



Pour  ceux qui n'auraient pas suivi, chaque année, à Orléans, un défilé est organisé pour célébrer Jeanne d'Arc. La jeune fille qui représentera Jeanne doit, selon le règlement de l'organisation organisatrice, être catholique pratiquante, habiter la ville depuis 10 ans et donner de son temps aux autres. C'est le cas de Mathilde, une jeune fille nous dit-on brillante et fort sympathique (photo ci-dessus). Il semblerait qu'il y ait cependant un hic: elle est métisse, fille d'un père béninois et d'une mère polonaise. Résultat, elle n'est pas vraiment blanc-blanche. D'où la polémique qui n'a cessé d'enfler cette semaine. D'où ce billet que j'estime savoureux d'un internaute qui se fait appeler Ulysse Lorn, un Ulysse que d'aucuns qualifieront de "facho" mangeur de gauchistes, un habitué des coups de ciseaux des censeurs de chez Fessebouc et Twitter, un Ulysse qui dit ce qu'il pense, un Ulysse au langage toujours fleuri et qui sur cette histoire de Jeanne a nettement mieux raconté les choses que je n'aurai su le faire (Mike, si tu me lis...):


" Le mystère de la carnation de Jane Dark...

Compagnons ! Je vous dois la vérité.

J'étais paisiblement en train de compter les étoiles dans les yeux d'Athéna lorsque Noumaïos est venu me trouver pour m'entretenir d'une polémique au sujet d'une certaine Jane Dark. Au début je pensais qu'il s'agissait d'une actrice porno reconvertie dans la politique et qui militait contre le manspreading et les faciales de particules fines. Mais au fur et à mesure, j'ai compris qu'il s'agissait d'un problème historique, ouais, vrai de vrai, "historique" qu'il me dit le Noumaïos : on aurait choisi une jeune femme d'origine africaine pour jouer le rôle de Jeanne d'Arc. Hum.

Mécépavré ?!!!!

-Réaction 1 : balékouille force 4. 
Je vous rappelle qu'on vit dans un pays qui a démocratiquement élu un type qui déclare sans rire : "l'art français, je ne l'ai jamais vu". Sur une base pareille, tu peux t'attendre à tout moment à voir débarquer des clowns mangeurs d'hommes dans ton salon il me semble.

-Réaction 2 : bon ok, j'arrête les vannes compagnon... La vérité c'est qu'on pourra entourer ce choix de toutes les justifications que l'on désire, la vérité nue, accablante, s'imposera toujours : le processus de submersion migratoire qui est en train de détruire le germen des peuples d'Europe est désormais tellement avancé qu'il devient envisageable de laisser incarner Jeanne d'Arc dans des manifestations publiques par des personnes qui ne partagent pas son origine. C'est cruel et c'est évident : la techno-oligarchie qui planifie le démantèlement des nations dans une sorte d'immense vente à la découpe planétaire promeut l'interchangeabilité de tout avec tout, la substituabilité des êtres et des choses, des origines et des destins, surtout - des histoires et des fictions... Tout est dans tout, dans ce grand rien qu'est la méta-sphère technicisée de la Grasse Finance et de l'atomisation individuelle. Galerie marchande des visages et des races, des enfants sur catalogues et des légendes à géométrie hollywoodienne variable - puisque plus rien n'a de valeur, tout a donc un prix. Et puisque rien n'a d'épaisseur, il nous reste les maquillages, les couleurs fausses des embaumeurs et des coquettes.

Dans ce fleuve d’imbécillités et de mensonges ontologiques diffractés à l'infini, les héros ne sont plus que des figures d'apparats, des fantômes, des acteurs, rien ne les distingue plus des premiers rôles de séries télé ou de blockbusters. Après tout, dans un Contre-Monde qui n'est qu'un dédale de simulacres, il est normal que l'Histoire ne soit plus qu'un divertissement, un bal costumé : le jeune Béninois pourra bien prendre la place de Charles Martel - la vieille dame pourra mimer le valeureux Cyrus de Mésopotamie, quel adroit pied de nez à la phallocratie ! Etc... Mais dans cette affaire, il y a plus encore. Ici, et c'est terrible, la techno-oligarchie qui souvent se sert comme d'un monstrueux complice du fanatisme mahométan, trouve dans un universalisme cathoïde dévoyé son appui d'occasion. Oh la délicieuse horreur... Le Katholou comme alibi de la désingularisation du monde. La transcendance comme négation de l'immanence. L'invocation des communes racines célestes comme arme de destruction des racines terrestres - la foi pour désherber le grand jardin du monde... Pathétique, lamentable et surtout, dogmatiquement incorrect - ce que la simple lecture du moindre texte des Pères de l'Eglise sur cette question suffit à prouver. L'universel catholicisme est un universel concret au sens hégélien puisqu'il est un universalisme de l'incarnation - il ne surmonte, ne nie et ne dépasse la singularité que parce que d'abord, il passe par elle et qu'il la maintient pour ce qu'elle est. En clair : l'universalité de la foi ne vaut que d'éclairer la singularité des personnes et aussi l'unicité des peuples qu'elle anime en les tournant vers Dieu. Se servir d'elle pour justifier de facto un processus qui conduit chaque jour un peu plus à défaire l'identité millénaire de notre nation est une perversion inouïe... Inutile de spéculer sur les intentions supposées des instances qui ont choisi cette aimable personne. Nul ne les connaît, même si on peut aisément deviner la moraline infecte, la bonne conscience visqueuse et la lâcheté insigne de ces archontes du désastre qui, contents, ont certainement voulu "envoyer un message d'ouverture et de tolérance T.M". Miss Schiappata s'en régale déjà, la cochonne...

Il suffit en tous les cas de considérer qu'ici et maintenant, leur décision a valeur de symptôme : le catholicisme d'aumônerie, même celui qui se pique d'être enraciné dans le plus authentique des folklores, sert de relais complaisant au Grand Remplacement - à la destruction par asphyxie des peuples d'Europe. C'est nul, et c'est tout.

Oh bien sûr, la jeune fille n'y est pour rien - son sort est fort injuste. On lui demande d'incarner Jeanne d'Arc et voilà, c'est un malheur, mais dans "incarnation", il y a CARNATION.

Allez à + amis inconnus, je retourne hiberner...

NB : Remarques cursives : Lorsque l'Abbé Catho-tiède nous explique que ce n'est, je cite qu'une "re-présentation au sens littéral", il semble ignorer que le "re" dans représenter a valeur grammaticale d'intensification. La représentation accuse la présentation, elle en accentue les traits caractéristiques. Ici, la lourdeur du copiste nous aura donc fait passer du blanc au noir... Hum. C'est sans doute excessif... "


(A noter que Ulysse Lorn a, vraisemblablement suite à ce billet, été de nouveau suspendu par FB)


D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

vendredi 23 février 2018

Le problème, c'est la radicalisation ou l'Islam ?



60 mesures pour prévenir et combattre la radicalisation, radicalisation islamiste, ça va de soi mais c'est mieux en l'écrivant.

Ainsi, j'ai vaguement aperçu dans le poste qu'Edouard, flanqué d'une dizaine de ses ministres, entrain d'annoncer son super plan contre la radicalisation. Vu que c'était retransmis, c'est que cela devait être vachement important mais, comme j'avais du cassoulet sur le feu, je n'ai pas pu écouter. No problemo, j'irai me renseigner sur le net pour voir de quoi il retourne. 60 propositions tout de même...

Alors, j'ai "feuilleté" Les Echos, la Charente Libre, Le Monde, La Dépêche, le Point et le Parisien pour prendre connaissance de ces 60 mesures. Pétard, pas un de ces canards internétés n'est foutu de balancer les 60. Tous reprennent en gros la dépêche qu'a du leur fournir l'aèfpé ou le gouvernement, tous nous racontent le truc avec quasiment les mêmes mots et des 60 propositions annoncées, seules 5 ou 6 nous sont exposées.

Création de 500 places de prison d'ici la fin de l'année, 1 500 à terme, dans des quartiers étanches pour y fourguer les individus les plus craignos. La possibilité de muter ou de radier des cadres un fonctionnaire qui aurait trop laissé pousser sa barbe. Renforcement des contrôles sur les établissements scolaires hors contrat. La création de 7 centres d'évaluation. Une éducation à l'information (?) qui sera systématisée afin de lutter contre le "complotisme", en particulier sur internet. Agir dans l'éducation, dans le sport et sur les réseaux sociaux. Beuh... ça fait pas 60 propositions ça ...

Ce n'est pas avec ça que l'on va mettre au pas les 20 000 individus déjà fichés ni ceux en voie de radicalisation non identifiés. Si ?

Pourquoi n'a-t-il pas annoncé la fermeture immédiate de toutes les mosquées salafistes ? Pourquoi n'a-t-il pas annoncé la fermeture immédiate de ces cafés-internet où pullulent des hommes avec calotte et djellabas (j'en ai un à 5 km de chez moi, ouvert depuis des années) ? Pourquoi laisse-t-on des parents habiller leurs rejetons de trois, quatre ou six ans en quamis ? Et rien sur ces quartiers dit sensibles dans lesquels babtous et police ne peuvent plus aller  et où la jeune maghrébine ne peut ni draguer ni porter jupes et jupons, où les jeunes rebeus homos sont obligés de cacher leur vraie nature ? Rien sur ces mecs que l'on voit ouvertement, Coran à la main, prier dans le train ou le métro et tant pis si ça dérange, pas le droit de se plaindre ? Pourquoi, s'il veut combattre la radicalisation, le gouvernement s'apprête-t-il à relancer le regroupement familial avec des populations dont on sait qu'elles ne viennent pas forcément de pays musulmans modérés ? Et que dire de ces 500 djihadistes, hommes ou femmes, qui revenus du Levant, sont laissés en liberté, surveillée, nous dit-on ? Quid sur les mariages forcés et autres bizarreries conjugales qui se pratiquent aussi en France ? 

Autant de questions et bien d'autres encore qui, a priori, sont restées sans réponse si j'en crois les compte-rendus journalistiques du discours de notre premier ministre.

Lutter contre la radicalisation et le terrorisme muzz, c'est bien, c'est même très bien mais c'est loin, très loin d'être suffisant. Pourquoi ? C'est simple, l'Islam porte en lui les germes de la radicalisation, l'esprit guerrier et sus aux incroyants. L'Islam, c'est la Oumma par delà les frontières et l'esprit de conquête chevillée à la babouche. La radicalisation n'est qu'une étape de la conquête. 28% des muzz de France considèrent la charia comme supérieure aux lois de la République et  37% se disent plus proches de Tariq Ramadan des Frères musulmans que du CFCM ! Autant de personnes, soit des dizaines de milliers, si ce n'est plus, qui sont potentiellement de futurs radicalisés. On les traite comment tous ceux-là ?

Non désolé Edouard, ton plan anti-radicalisation, c'est du pipeau, cautère sur jambe de bois, un pis-aller nécessaire mais pas suffisant. Le problème est ailleurs, c'est l'Islam.Tu le sais mais tu ne peux pas le dire, pis tu ne peux pas le traiter, il est trop tard.


D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

jeudi 22 février 2018

Les collombins du jour


On a eu Cazeneuve qui avait tout du croque-mort, on a maintenant Gérard Collomb qui a tout du déjà-mort; cela ne l'empêchant pas de débiter chaque jour une ou deux conneries.

- "Quand les réfugiés sont mineurs, on fait venir leur famille, ça nous paraît normal ", qu'il a dit Gérard. Ben voyons, et puis quoi encore ? Donc, vous êtes Soudanais, Syrien, Éthiopien, Somalien, bref, un ressortissant d'un pays ne pratiquant pas la politique de l'enfant unique, vous voulez gagner la France, vous y envoyez votre fils mineur ou approximativement mineur, une fois qu'il y est, il fait venir son père et sa mère comme le prévoyait la loi actuellement et, si la nouvelle loi Asile-Immigration passe, il pourra faire venir ses frères et sœurs. Le tout au frais du contribuable !  Contribuable qui devra donc payer le voyage aller de la famille puis les frais d'hébergement, d'éducation, de formation, etc... Pas belle la vie en Macronie ?

- Ce matin, le même Collomb a fait évacué par 500 gendarmes une vingtaine de zadistes à Bure. Tout s'est bien passé et ça, vous ne pouvez l'ignorer, les caméras étaient au rendez-vous et on nous en rabâche les oreilles depuis. A cette occasion, notre ministre a déclaré: "Nous ne voulons plus qu'il y ait en France des lieux qui soient des lieux de non-droit, et où donc on puisse s'installer en dehors de toute règle". Nous ne voulons plus qu'il y ait de zones de non-droit... qu'il a dit. En voilà une bonne nouvelle. Bientôt, grâce à ce "nous" dont on ne sait s'il est de majesté ou collectif, je suppose que je pourrai enfin aller me promener tranquille à Barbès, Garges, Drancy, au Val Fourré, à la Courneuve, à Aubervillers ou dans les quartiers nord de Marseille.

Moi, j'vous le dis, on va finir par regretter Cazeneuve.


D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

mercredi 21 février 2018

Wauquiez, premier opposant à Emmanuel Macron. C'est acté, merci BFM !


Lors de son "cours" donné à l'EMLyon - école dont il est bon de savoir que le président n'est autre que Bruno Bonell, député LREM - Wauquiez s'en est pris à Sarkozy mais a tenu, sitôt ses propos révélés, à s'excuser. Il a donc téléphoné à Sarkozy et aujourd'hui le Canard révèle trop précisément ce que Sarko aurait dit à Wauquiez : "Beaucoup de monde me disait que tu n’étais grosse merde. Aujourd’hui, je n’ai d’autre choix que de penser comme eux... Il paraît que tu as des ambitions présidentielles. Si j’étais toi, je trouverais un autre métier... Grisé par ses succès, il est parti en vrille", etc... Bien évidemment nos médias reprennent en boucle ce canardage. Sarko défonçant Wauquiez, c'est de la bombe ! Sauf que l'on pourrait quand même se poser la question de savoir si le Canard dit vrai. Parce que, franchement, imaginer que quelqu'un, un proche de Sarko donc, ait pu et assister à l'intégralité de la conversation et la rapporter au Canard, moi, perso, j'ai du mal à y croire. Surtout que Véronique Waché, l'une des plus proches conseillères de Sarko ne confirme pas et demande à ce que l'on ne prenne pas pour argent comptant tout ce que dit le Canard: "Toujours mieux de rappeler que le Canard n'est pas le canal officiel d'expression de Nicolas Sarkozy. A bon entendeur..." A bon entendeur donc ! L'autre possibilité, c'est que Sarko, ou Wauquiez, soit sur écoute, ce ne serait pas la première fois, et que quelqu'un se serait chargé de retranscrire cette conversation puis de la balancer au Canard. La retranscription serait donc fidèle sauf que sa teneur serait en soi bien moins scandaleuse que le fait de maintenir un ancien président et qui sait, un futur président, sur écoute... Mais ça, tous nos médias s'en foutent. Normal, le  nouvel homme à  abattre pour la Macronie, ex-socialie, c'est Wauquiez. Alors, tous les moyens sont bons...

Ruth Elkrief, hier soir, espérait bien se faire Wauquiez. Celui-ci n'avait pas d'alternative: S'excuser ou se dédire eut été un signe de faiblesse, Il devait donc assumer les propos tenus à Lyon et c'est ce qu'il a fait de fort belle manière. La pauvre Ruth en fut fort perturbée. Vindicative comme jamais, à la limite de l'hystérie par moments, elle n'a jamais pu "coincer " Wauquiez. Rien que cela valait le coup de regarder. Car non seulement Wauquiez n'a rien concédé ni regretté, si ce n'est les propos tenus sur Sarko - dont acte -  mais jamais il ne s'est laissé embarquer par la journaliste vedette de BFMacron. Il a pu dire ce que bon nombre de gens à droite espéraient entendre (les médias, l'acharnement, dézingage de Macron, la CSG, les retraites, la futilité de cet acharnement compte tenu des difficultés du pays, etc...) et s'est même permis d'enfoncer un peu plus le clou en ce qui concerne les députés de la nouvelle majorité: "Des guignols, j'ai été bien sobre !".

Cerise sur le gâteau, cette histoire lui a permis de faire passer ses messages de leader de l'opposition à heure de grande écoute, gratos: il s'est offert 32 minutes d'antenne sans coupure pub sur le compte de BFM ! 32 minutes qu'il n'aurait sans doute jamais eu en temps normal. Je dis: Chapeau l'artiste et il faut être bien malhonnête aujourd'hui pour oser dire, comme je l'ai lu ci et là, qu'il a été nul. Il s'en est parfaitement sorti.

Un brin "populiste", suffisant, un peu court dans ses explications ? Laurent Wauquiez ne fera pas taire les critiques à son encontre, et il le sait. Il est clivant, mais il assume. C’est probablement la seule carte qu’il avait à jouer pour se sortir de son mauvais pas. Mais en la posant sur la table, comme il l’a fait hier, il s’impose désormais pleinement comme le premier opposant à Emmanuel Macron. Et ça, ce n'est pas moi qui le dit mais le journal Ouest France, journal le plus lu de France et pas spécialement connu pour ses affinités droitières.

Et Ouest-France a raison: Wauquiez, hier soir, s'est bien affirmé comme le premier opposant à Emmanuel Macron. Le problème n'est pas d'aimer ou de ne pas aimer Laurent Wauquiez; que cela plaise ou non, c'est ainsi, il est à la tête du premier parti de France en nombre d'adhérents à jour de leur cotisation, il a été élu à près de 76% et, à bien y regarder, qui d'autre actuellement pour porter les couleurs et les valeurs de la droite, de la vraie droite ? Personne. N'en déplaise aux médias qui n'ont eu de cesse de porter Melenchon depuis des mois. Wauquiez est désormais le leader de l'opposition de droite et ce n'est pas Marine, DupontGnangnan ou qui que ce soit d'autre qui pourra lui faire de l'ombre.

Wauquiez a dit hier soir qu'il ne baisserai pas les bras. Souhaitons-le. Je l'en crois capable comme je le crois capable de grandir encore et de corriger quelques défauts évidents. Il est peut-être même capable de réussir l'union des droites, de toutes les droites, ventres mous (1) mis à part, ça va de soi. Quant aux électeurs du FN, reste à savoir s'ils veulent végéter dans un parti sans têtes ni chef ou si... Perso, ils sont les bienvenus.


(1) Liste des noms sur demande :)

D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

mardi 20 février 2018

L'affaire Wauquiez



Ah l'affaire Wauquiez ! Que c'est passionnant ! De la basse politique politicienne que tout le monde aime critiquer mais dont chacun, enfin surtout Quotidien, LREM, BFM, CNews et France 2, se repaît avec délectation ou en fait ses choux gras ! Beurk, un gros beurk à tous ceux qui utilisent cet enregistrement clandestin-illégal-interdit pour tirer à boulets rouges sur Wauquiez !

Parce que tout de même, un politicien qui tient de tels propos sur ses petits copains ou ses opposants, en off, c'est on ne peut plus courant, je vous le garantis. Tenez, jusqu'à encore récemment, il m'a été donné d'assister à plusieurs réunions publiques restreintes. J'ai écouté à tour de rôle Juppé, Fenech, Sarkozy, Lamassoure, Fillon, Maël de Calan, Raffarin, Bertrand, je dois en oublier un ou deux, et je peux vous dire que le décalage entre les discours tenus lors de ces petits comités et ceux, le bulshit, tenus par les mêmes sur les plateaux télés ou sur les estrades est aussi énorme que l'ampleur de l'actuelle bronca contre Wauquiez. La palme revenant sans doute à Raffarin, toujours soucieux d'employer les bons mots même quand il s'agissait de dézinguer brillamment Juppé avant de s'y rallier plus tard. Ils étaient tous aussi bons pour tirer sur l'opposition ou sur les membres de la famille. Mais en off, entre nous. Alors entendre tous ces gusses railler le patron des Républicains, permettez, je me gausse ! Et j'imagine sans problèmes que dans les autres familles, c'était pareil. Sauf peut-être à La France Insoumise dont les grossièretés, la vulgarité et les propos foireux font partie de leur ADN, alors en off ou en public, chez eux, c'est pareil.

Xavier Bertrand qui nous la joue effaré, non mais je rigole. C'est moi qui suis effaré par sa réaction aux propos de Wauquiez: "C'est la famille Le Pen qui parle, c'est du Trump ". Non mais Xavier, veux-tu qu'on te rafraîchisse la mémoire ? Copé qui s'offusque ? on se marre. Darmanin ? Je l'ai vu une fois dans les coulisses du congrès fondateur des Républicains et ce que j'ai vu me laisse dire que ce gars n'est pas clean et si un jour j'ai besoin d'argent, je vendrais peut-être les photos que j'ai pris de lui; les smartphones, c'est comme les enregistrements sauvages, ça ne pardonne pas et ça n'oublie rien...

Et puis, qu'a-t-il dit qui soit faux ou véritablement scandaleux - hormis les allusions à Sarkozy - ? Les Propos sur Juppé ? Même la Cour des Comptes l'a souligné dernièrement en épinglant sévèrement la gestion de Bordeaux. Pécresse ? Elle dit autant de conneries que de choses sensées. Macron ourdissant le complot contre Fillon ? Il n'y a que les benêts pour ne pas vouloir croire que Fillon a été l'objet d'une entreprise de démolition parfaitement orchestrée par l'entourage de Hollande, dont Macron. Les députés godillots ? Qui peut honnêtement ne pas se poiler devant l'amateurisme, le suivisme et l'inexpérience de ces gens-là ? Le Medef ? On attend toujours la création du million d'emplois promis. La CGT ? Privé de subvention, grand bien leur fasse, que toutes les régions de France imitent Wauquiez.

Non, le problème de Wauquiez, c'est qu'il s'est fait chopper, que ses propos ont été rapportés par les pseudos journaleux de Quotidien, journaleux dont le job consiste plus à dézinguer qu'à informer. L'a-t-il fait sciemment ? S'est-il laissé aller ? A-t-il voulu se la jouer djeun' en parlant cash ? Je n'en sais rien et à la limite je m'en fiche. Mais ce que je vois, ce que j'entends depuis trois ou quatre jours, la hargne des journaleux et de la classe macronienne pour tenter de l'enfoncer a positionné Wauquiez comme le premier opposant à Macron et à sa République en Marche. Après 6 ou 7 mois de Mélenchonite aiguë, ça fait du bien et c'est sans doute ce qui pouvait lui arriver de mieux.

Il n'a pas grand chose à court et moyen terme à craindre des Pecresse, Juppé et Bertrand qui sont aux LR ce qu'est la vérole au bas clergé et d'ici 2022, l'eau aura coulé sous les ponts. Par contre, là où Wauquiez a manqué de jugeote, c'est en s'attaquant à Sarkozy; chez les LR, on ne touche pas à l'icone. Mais d'un autre coté, voilà qui pourrait plaire à tous ceux de droite, de la vraie droite, et du FN qui ne peuvent pas piffer l'ancien président. Alors bon calcul ou pas ? On verra. Ce qui est sûr c'est que les propos tenus ne peuvent, normalement, que satisfaire ces mêmes gens, ceux qui ne supportent plus ces faux droitards, ces ventres mous, les Bertrand, Juppé, Raffarin, Solère, Riester, de Calan et consorts. C'est peut-être bien l'objectif de Wauquiez: (re)conquérir tous ces gens-là, y compris ceux qui vivotent encore dans un FN en pleine déconfiture. Pourquoi pas...

Wauquiez a parlé devant ses jeunes étudiants sans langue de bois, cash; bref il a fait ce que tant de gens espèrent depuis trop longtemps. Reste à savoir s'il continuera ou si, dès ce soir à 19h sur BFM, il nous fera du bulshit. J'ose espérer qu'il est aussi intelligent qu'on le prétend... J'attendrais donc ce soir pour me prononcer...

En attendant pendant que l'on nous saoule avec ce pseudo scandale, jusqu'à en faire vomir certains d'entre nous, on ne parle pas du reste et c'est peut-être bien là l'essentiel !

NB: à lire, en complément, le billet de Maxime Tandonnet: Sur les ruines de la politique française.


(photo ci-dessous, Marseillaise finale au congrès fondateur Les Républicains, mai 2015)

Résultat de recherche d'images pour "congrès fondateur les républicains"
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

samedi 17 février 2018

Popularité: Un exploit, Macron réussit à faire pire qu'Hollande !

(Graphique: Le Point.fr)

Quand on écoute les informations que cela soit sur BFM, CNews, TF1, voire même sur la télé d'Etat, on a l'impression que globalement tout baigne pour Macron. Pas un jour sans un petit reportage plutôt favorable au bonhomme tant à l'international qu'au national. Il parle bien en Français comme en Anglais, ses réformes passent bien dans l'opinion, les syndicats n'arrivent pas à perturber la grande marche du petit bonhomme: Bref, tout va bien. A tel point qu'il nous balance tous les 4 matins un nouveau projet de réforme: La SNCF, le baccalauréat, le système de santé. Ça bouge à l'Elysée, les troupes se remuent et comme il se plaît à le dire: tout ce qui a été promis sera fait. Y compris la hausse de la CSG... Ce bâton foireux qu'il va traîner encore des mois voire des années, comme celui de la hausse du pouvoir d'achat dont seul lui et ses larbins semblent être convaincus.

L'homme semble sûr de lui, un brin suffisant, voire arrogant et  nous demande de patienter, il renverra dans ses 22 toute personne qui ne sera pas convaincu par sa démarche.

Et les médias, la palme revenant sans conteste à BFM, de s'esbaudir devant ce président qui sait tenir son cap et que rien, pas même une éventuelle contestation sociale, ne saura faire plier. Ça c'est le discours officiel, celui de dedans la télé.

Alors qu'en fait la vérité est ailleurs, elle est dans la rue, hors du périphérique, là où il y a la France qui bosse, qui trime, qui rame et qui a du mal à boucler ses fins de mois. Bref, cette France qui n'a pas voté pour Macron ou qui l'a fait, par dépit, pour ne pas voter pour Le Pen.

On l'a vu lors de la présidentielle, la base électorale de Macron est faible et fragile et aujourd'hui encore, on le constate à chaque sondage, ce sont les classes supérieures et les catégories favorisées qui lui accordent soutien et confiance, bref, la France d'en haut ! Dès son élection, sa cote de popularité descend  pendant 5 mois consécutifs jusqu'à s'écraser à 32 % ce qu'aucun des derniers présidents n'avait réussi à faire. Elle remontera de septembre à janvier grâce, entre autres choses, à l'enfumage fait autour de la fin de la taxe d'habitation pour tous et un matraquage médiatique quotidien sur de vagues promesses de hausse du pouvoir d'achat. Et patatras, courant janvier puis en ce début février, celle-ci rechutera dès lors que cette France d'en bas aura enfin pris conscience qu'une hausse de 1, 7 point de CSG représente en fait une hausse de près de 25% ! Les cons, z'avaient pas compris avant mais il faut dire que pas grand monde ne leur avait expliqué. Et quand dans le même temps, les mêmes voient les prix du carburant, du fuel, du timbre,  du gaz, de l'électricité, etc... augmenter, ils comprennent enfin que la hausse du pouvoir d'achat et toutes les belles promesses, ben ce sera pas pour tout de suite. Encore une fois, on leur aura fait prendre des vessies pour des lanternes. Le Président et son " projet pour tous " devient le président des riches. Le tout agrémenté de divers scandales, d'un amateurisme évident des troupes macroniennes et de postures présidentielles par trop jupitériennes, la cote de popularité du sémillant Macron plonge et se retrouve à un niveau historiquement bas au bout de 10 mois de mandat soit 35% : Pire que Hollande ! Par deux fois en dix mois de mandat ! Qui l'eut cru ? Moi, entre autres.

Répétons-le: aujourd'hui, des 4 derniers présidents, Macron est le plus impopulaire. N'en déplaise à la Macronie, cette espèce de baudruche montée de toutes pièces. Et rien, sauf événement extraordinaire (un attentat, par exemple) à  moyen terme ou manipulation médiatique, ne laisse présager que cette cote de popularité puisse s'inverser.

Macron a été mal élu, peut-être même le plus mal élu de la cinquième république. Il le sait et curieusement, pour un homme si brillant, il semble n'avoir pas pris la mesure du désamour croissant de la France d'en bas pour son auguste personne et le système qu'il représente puisqu'au bout de dix mois de présidence, il n'a à aucun moment donné des gages d'amour à celle-ci. Voilà qui ne présage rien de bon pour les mois à venir.

L'homme qui nous est donné comme un as de la com' ferait bien de trouver la bonne idée ou d'avoir très rapidement des résultats faute de quoi, la République en Marche boira le bouillon lors des 6 prochaines législatives partielles ainsi qu'aux élections européennes et municipales. Voilà qui me contenterait, il y a toujours un certain contentement à voir une baudruche se dégonfler.

Sur ce bon week-end à tous, même en Macronie !

D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

L’église byzantine Saint-Louis de Paimbœuf, en Loire-Atlantique